v2.2.12 (2462)

HSS - Cours - HSS424 : Histoires d'Empires

Domaine > Humanité et sciences sociales.

Descriptif

Tout Empire périra : ainsi Jean-Baptiste Duroselle intitulait-il en 1981 son livre de « théorie des relations internationales ». Il est vrai que le XXe siècle a vu s’éteindre les empires. Après la Première Guerre mondiale, effondrement des Empires allemand et russe du fait de la chute de leur monarque, démembrement des Empires austro-hongrois et ottoman. Après la Deuxième Guerre mondiale, disparition des Empires coloniaux. En 1989-1991, enfin, l’éclatement du bloc de l’Est et de l’URSS peut apparaître comme la fin d’un empire idéologique, quoique toujours nié.

C’est pourtant depuis cette époque qu’on assiste à un « retour des empires ». Sur la scène internationale, d’abord, où la tentation impériale est à nouveau d’actualité, du côté de la Russie notamment. Il y a aussi une redécouverte du rôle stabilisateur des grands ensembles face aux désordres internationaux : c’est ce que Ghassan Salamé a appelé « l’appel d’empire » au Moyen-Orient. Par ailleurs, les anciens empires sont vus de manière plus positive par les historiens, non plus des « prisons des peuples », condamnées à l’obsolescence par les Etats-nations, mais des espaces de contact, de circulation, d’identités multiples.

Construit dans la longue durée, depuis le modèle romain jusqu’aux formes modernes d’impérialismes, ce cours propose une approche historique de la  notion d’empire. Il permettra de la définir, de dégager une typologie de ses modalités – territoriales, coloniales, idéologiques –, de la confronter à d’autres notions voisines comme l’hégémonie. Il s’agit d’un cours à plusieurs voix, qui fait appel à des spécialistes de chacune des questions abordées : des historiens, essentiellement, mais aussi, pour les conférences finales les plus en prise avec l’actualité, un géopolitiste et un juriste internationaliste.

Programme

- 28 novembre :

Damien Agut-Labordère (CNRS) – L’Empire des pharaons

- 5 décembre :

Jean-Louis Voisin (université Paris-Est Créteil) – L’Empire romain, un modèle

 - 12 décembre :

Alice Tenu (CNRS) – L'Empire en Mésopotamie : l'exemple assyrien (10e-7e siècle av. J.-C.)

- 9 janvier :

Bruno Dumézil (Sorbonne université / Ecole polytechnique) – L'Empire carolingien
(800-880), histoire d'un échec.

- 9 janvier (de 18 à 19h30) :

Anne Dulphy (Ecole polytechnique) – La longue histoire des Empires coloniaux

-  23 janvier :

Pascal Buresi (CNRS / EHESS) – L’Empire arabo-islamique

- 30 janvier :

Gabriel Martinez-Gros (université Paris Nanterre) – Qu'est-ce qu'un empire ? La lecture d'Ibn Khaldûn

- 7 février :

Anne Dulphy (Ecole polytechnique) – Peut-on parler d’Empire aujourd’hui ?

Évaluation :

Une dissertation écrite en langue française de 4 heures sanctionne le cours magistral. Elle vérifie aussi bien les qualités d'expression (clarté, style, pertinence) que la solidité de l'argumentation (arguments d'autorité, opinions personnelles).
Seules sont autorisées, lors des épreuves, les notes personnelles, manuscrites, ainsi que les dictionnaires de langues en version papier, à l’exclusion de tous autres documents
imprimés ou polycopiés, ainsi que des dictionnaires et traducteurs électroniques

Langue du cours : Français

Crédits ECTS : 2

Format des notes

Numérique sur 20

Littérale/grade réduit

Pour les étudiants du diplôme Echanges PEI

Le rattrapage est autorisé (Note de rattrapage conservée)
    L'UE est acquise si note finale transposée >= C
    • Crédits ECTS acquis : 2 ECTS

    Le coefficient de l'UE est : 7

    La note obtenue rentre dans le calcul de votre GPA.

    La note obtenue est classante.

    Pour les étudiants du diplôme Diplôme d'ingénieur de l'Ecole polytechnique

    Le rattrapage est autorisé (Note de rattrapage conservée)
      L'UE est acquise si note finale transposée >= C
      • Crédits ECTS acquis : 2 ECTS

      Le coefficient de l'UE est : 7

      La note obtenue rentre dans le calcul de votre GPA.

      La note obtenue est classante.

      Veuillez patienter