v2.2.8 (2209)

HSS - Séminaire - HSS513A : Histoire et analyse du cinéma

Domaine > Humanité et sciences sociales.

Descriptif

Histoire et analyse du cinéma

En 125 ans, le cinéma a connu plusieurs tournants. Du cinéma muet au cinéma parlant, du noir et blanc à la couleur, du fantastique au réalisme, il a su s’adapter et se transformer sans perdre son originalité. Nous nous  proposons à travers ce cours d’aborder certains de ces moments-clés de manière historique et analytique en essayant d’établir des liens entre différentes périodes.

Jeudi 12 septembre : L’esthétique du cinéma muet

Né en 1895, le cinéma restera muet jusqu’en 1927. Une esthétique particulière se met en place, empruntant aux arts de la scène tout en expérimentant les moyens propres à cet art comme le gros plan ou le montage. Nous nous intéresserons à différentes écoles esthétiques dont l’expressionnisme allemand au cours de cette période.

Jeudi 19 septembre : L’avant-garde cinématographique

Reprise de la littérature, la notion d’avant-garde se retrouve dans le cinéma à travers différents courants aux États-Unis, en France, en Allemagne ou en Union Soviétique des années 1910 jusqu’au début des années 1930. En nous intéressant à L’Homme à la caméra (1929) de Dziga Vertov, nous chercherons à rendre compte de la place du cinéma dans ce courant artistique.

Jeudi 26 septembre : Hollywood et la notion de genre

Avec la naissance du parlant, Hollywood impose au monde son esthétique qui repose sur le système des studios et la notion de genre. Une organisation qui perdurera jusqu’au début des années 1960. En nous appuyant sur Chantons sous la pluie (1952) de Stanley Donen et Gene Kelly nous chercherons à rendre compte de ce système de studio.

Jeudi 3 octobre : Les cinémas européens de l’après-guerre

L’après-guerre marque un Europe un moment d’interrogation que traduit le cinéma à travers le néo-réalisme italien et le renouveau des cinématographies scandinaves. En France, le court métrage documentaire constitue une école importante qui annonce un des courants de la Nouvelle Vague.

Jeudi 10 octobre : Jean-Pierre Melville et le film noir

Cinéaste indépendant, Jean-Pierre Melville se distingue, dans le cinéma français de l’après-guerre, notamment par sa pratique du film noir, qui le mène à partir des années 1960 vers une forme abstraite dont l’influence se retrouve chez de nombreux réalisateurs contemporains.

Jeudi 24 octobre : Il était une fois le cinéma de Mohsen Makhmalbaf

Réalisé en 1992, Il était une fois le cinéma du cinéaste iranien Mohsen Makhmalbaf est une œuvre surprenante. S’interrogeant sur la notion de mise en abyme dans le cinéma iranien et mondial, il propose une plongée dans l’Histoire du cinéma et celle de l’Iran de la fin du 19ème siècle à la fin du 20ème siècle. Il s’agit d’une des œuvres les plus originales tournées à l’occasion du centenaire du cinéma.

Jeudi 7 novembre : La Nouvelle Vague et le cinéma hollywoodien des années 1990

L’année du centenaire du cinéma en 1995, Martin Scorsese tourne Casino, qui reprend la musique du Mépris de Jean-Luc Godard, quand Terry Gilliam réalise L’Armée des douze singes qui s’inspire du scénario de La Jetée de Chris Marker, deux films emblématiques de la Nouvelle Vague. Ce dialogue transatlantique permet de réfléchir sur les liens entre le cinéma français et le cinéma américain.

Jeudi 14 novembre : In the Mood for Love et 2046 de Wong Kar-wai

Au début des années 2000, In the Mood for love de Wong Kar-wai apparaît comme une oeuvre classique d’un cinéaste asiatique jusqu’ici connu pour ses films modernes en phase avec la rétrocession de Hong Kong à la Chine (Chungking Express, Les Anges déchus, Happy Together). Le film connaît une suite  quatre ans plus tard. Le cinéaste propose avec 2046 une œuvre baroque qui entretient des liens contradictoires avec le premier film. C’est ce diptyque que nous nous proposons d’étudier.

Jeudi 21 novembre : Le cinéma pluriel de Manoel de Oliveira

Cinéaste portugais dont la carrière couvre plus de 80 ans, Manoel de Oliveira fut le seul artiste centenaire de l’Histoire du cinéma. Son œuvre passe de l’avant-garde des années 1930 au classicisme des années 1980 et 1990 sans oublier le cinéma moderne des années 1940 et 1960. Il incarne ainsi le cinéma dans ses différentes facettes.

 

Modalités d’Évaluation :

un dossier ou une réalisation ainsi qu'un devoir sur table pendant la première moitiée du dernier cours (jeudi 21 novembre) qui portera sur l'analyse d'un ou plusieurs extraits de film

Langue du cours : Français

Crédits ECTS : 2

 

 
 

 

 

 

 

 

Format des notes

Numérique sur 20

Littérale/grade réduit

Pour les étudiants du diplôme Diplôme d'ingénieur de l'Ecole polytechnique

Le rattrapage est autorisé

    Pour les étudiants du diplôme Echanges PEI

    Le rattrapage est autorisé
      Veuillez patienter