v2.8.0 (4335)

HSS - Séminaire - HSS512A : Philosophie: La raison dans tous ses états

Domaine > Humanité et sciences sociales.

Descriptif

Philosophie : La raison dans tous ses états

 

Née au 17ème siècle comme projet scientifique de connaître objectivement les phénomènes en vue de les maîtriser, la raison moderne semble avoir échoué dans sa mission d’émancipation, par rapport aux forces de la nature comme par rapport à celles des croyances.

 

Aujourd’hui, la raison scientifique inquiète, qu’elle annonce augmenter l’homme ou entreprendre l’ingénierie du climat. Elle accumule les connaissances mais est obscure à l’immense majorité. Elle se prétend neutre mais sert idéalement les forces techno-productives. Dernièrement pendant la pandémie, refusant toute controverse, elle décrétait de manière indiscutable comment gérer les populations et leur santé.

 

La crise de la raison est là et ses symptômes sont aigus : elle fait l’objet d’un discrédit populaire, des philosophes la pointent comme une nouvelle religion, de jeunes ingénieurs quittent les laboratoires et rompent avec une certaine pratique de la science.

 

Il y a cent ans, Husserl faisait le constat suivant : « dans la détresse de notre vie, la science n’a rien à nous dire ». Non seulement le diagnostic s’est vérifié mais on peut craindre qu’il ait empiré, comme si la science était de nos jours tenue responsable de cette détresse.

 

Nous ne chercherons pas à condamner ou à innocenter la raison scientifique mais à imaginer des voies possibles de sa transformation. Il faudra d’abord mieux comprendre quelle a été son projet initial, comment elle s’est construite contre la croyance comme son autre et son ennemi. On examinera ensuite les relations complexes des sciences et des pouvoirs, les façons dont elles sont enrôlées par eux. On se demandera enfin si une réappropriation populaire des sciences est possible ou s’il faut plutôt contester à la science son monopole sur la vérité qui dépossède tout un chacun de formes de connaissances autres. Les trois axes qui se dessinent pour l’instant se modifieront sans nul doute du fait de nos recherches et discussions.

 

Afin de donner au séminaire la forme d’un laboratoire collectif, il sera demandé aux étudiant.e.s de proposer l’étude de ce qu’on pourrait appeler un objet mixte (qui mélange, à première vue, raison et croyance). Les exemples ne manquent pas : une théorie du complot (le platisme), un fétiche technique (le smartphone), une magie opérante (l’hypnose), une potion médicale (l’hydroxychloroquine)…

 

 

Bibliographie indicative :

Descartes, Discours de la méthode 6ème partie, (1637).

Spinoza, Traité Théologico-politique, Préface, (1670).

Nietzsche, Le gai savoir, §244-245, (1882).

Bloch, L’angoisse de l’ingénieur, (1929).

Adorno, Des étoiles à terre : la rubrique astrologique du Los Angeles Time, (1952).

Grothendieck, Allons-nous continuer la recherche scientifique ?, (1972).

Lévi-Strauss, L’anthropologie structurale 1, « L’efficacité symbolique », (1973).

Illich, Némésis médicale, (1975).

Stengers, L’hypnose entre magie et science, (2002).

Raymond Kurzweil, Le corps humain version 2.0, (2004).

 

 

 

Langue du cours : Français

Crédits ECTS : 2

 

 

 

effectifs minimal / maximal:

/25

Diplôme(s) concerné(s)

Parcours de rattachement

Format des notes

Numérique sur 20

Littérale/grade réduit

Pour les étudiants du diplôme Echanges PEI

Le rattrapage est autorisé (Note de rattrapage conservée)
    L'UE est acquise si note finale transposée >= C
    • Crédits ECTS acquis : 2 ECTS

    Pour les étudiants du diplôme Diplôme d'ingénieur de l'Ecole polytechnique

    Le rattrapage est autorisé (Note de rattrapage conservée)
      L'UE est acquise si note finale transposée >= C
      • Crédits ECTS acquis : 2 ECTS

      La note obtenue rentre dans le calcul de votre GPA.

      Veuillez patienter