v1.16.1

HSS - Séminaire - HSS416H : Musique et images

Domaine > Humanité et sciences sociales.

Descriptif

Nous avons l’habitude d’écouter de la musique « pour elle-même » : en fond sonore, au concert. Mais tout un pan de l’activité musicale consiste au contraire à accompagner autre chose : danse, théâtre (voire opéra), images (films, jeux vidéos), paroles (parlées ou chantées) ; par ailleurs, une musique écoutée seule, d’une façon « purement sonore » pourrait-on dire, véhicule elle-aussi des images et des représentations, plus floues, certes, mais néanmoins très prégnantes. Enfin, nous vivons à une époque où les nouvelles technologies permettent de renouveler considérablement le rapport entre la musique et l’image.
Le séminaire se propose d’explorer quelques unes de ces formes artistiques dites hybrides afin de mieux cerner le rôle de la musique dans l’expérience multiple que nous en faisons. Le but est d’aider chacun à renouveler et préciser l’écoute spontanée qu’il a de la musique.


Ce séminaire ne suppose aucune connaissance particulière en musique. En revanche, les œuvres (films notamment) ne seront présentées que sous forme d’extrait. Le suivi du cours suggère que les étudiants prennent le temps par ailleurs d’en regarder quelques unes dans leur totalité.

Orientations de cours :

-1. La musique seule et l’image
La musique instrumentale suggère-t-elle des images ? Des sentiments ? Et comment ? Le problème est très complexe et a préoccupé compositeurs et théoriciens pendant des siècles : la question consiste en effet à comprendre comment un élément non langagier peut véhiculer des représentations aussi précises voire affectivement plus efficaces que les mots. Nous ne ferons que poser le problème en réfléchissant sur la construction d’œuvres variées du répertoire instrumental occidental.
-Musique et peinture sonore : Janequin, Monteverdi, Corelli
-Musique et indicible, musique et invisible : Berlioz, Mendelssohn, Chopin, Liszt

etc.

-2. Voir le son : un choix culturel
D’un côté, l’écriture de la musique, sous forme de partition, est un creuset où se pense la manière de rendre visible les sons, afin de pouvoir les reproduire, voire de les imaginer pour produire de l’inouï. De l’autre, les dispositifs prévus pour écouter de la musique (église, salle de concert, salle de cinéma) ne sont pas neutres et forgent une expérience que l’on peut analyser. Replacer des démarches dans leur contexte historique et culturel aide à en comprendre les enjeux.
-3. Mettre ensemble musique et image.
Il ne sera pas question d’aborder ici le genre de l’opéra, auquel est consacré un autre séminaire, mais de réfléchir sur quelques modalités de l’utilisation de la musique pour accompagner des représentations théâtrales : la musique entre bruitage, suggestion sonore et organisation dramatique ; la musique et le chant, la musique et le geste : y a-t-il opposition ou complémentarité ? Nous réfléchirons sur quelques genres dans lesquels les règles de ce mélange sont plus ou moins fixées.
-le mélodrame, la « musique de scène », «l’air » d’opéra, le « final » d’opéra ; la musique de ballet.

-évidemment et surtout : la musique et le cinéma, et les cinémas (vidéo, clip, etc. )

Modalités d’Évaluation

L'évaluation consiste en l'analyse, par l'élève, d'une pièce de son choix, sur laquelle il éprouve la problématique du cours. Cette analyse est calibrée sur le mode de la dissertation ou du commentaire composé. Il est tenu compte des absences non justifiées. 

Langue du cours : Français

Crédits ECTS : 2

Format des notes

Numérique sur 20

Littérale/grade réduit

Pour les étudiants du diplôme Diplôme d'ingénieur de l'Ecole polytechnique

Veuillez patienter